2 Comments

  1. Comme je te comprends. Je ne suis pas « dans le social », mais pas loin. Dans une de ces administrations, du « service au public ». De ces boulots où tu crois les 4 premiers mois que tu vas sauver le monde, puis où tu tombes de haut. Où tu te rends compte que tu ne sauveras personne parce que tu n’en as tout simplement pas les moyens. Et que de toute façon, le monde, tes supra grands chefs s’en foutent royalement.

    Le service au public n’a de service au public que le nom. Il vogue à droite à gauche, de quinquennat en quinquennat. On fait pour défaire, et au lieu de sauver le monde on lui colle des bâtons dans les roues. Et ça retombe sur les travailleurs sociaux comme toi qui tentent comme ils peuvent de démêler les nœuds pour aider ces pauvres gens qui ne sont plus en mesure de s’aider eux mêmes.

    Si tu peux, si tu as le cran et la possibilité de « faire une pause » pour tout claquer et te réorienter, lance toi (moi j’avoue je suis faible, trop bien assise sur ma sécurité de l’emploi…). Un bilan de compétences, pour y voir plus clair, c’est un excellent début. C’est par là qu’il faut commencer, d’ailleurs, pour dégager des pistes, et fermer des portes. Bon courage à toi, des bisous !

  2. Je ne travaille pas du tout dans le même domaine mais je comprends aussi ce qu’on ressent quand on est s’est planté de métier.
    Bonne idée le bilan de compétence.
    En tout cas prends le temps de bien réfléchir avant de bouger 🙂 rien ne presse.

Laisser un commentaire